Olivier Delamarche : perte trading JP Morgan 15 mai 2012

Rédigé par zetrader - - 3 commentaires
Olivier Delamarche au sujet de la perte de trading de JP Morgan, interview du 15 mai 2012 :

Tout à fait d'accord avec ses arguments, je suis pour un retour au glass-steagall act (bien séparer banque de dépôt et banque "d'investissement" qui devient bien souvent banque de spéculation court terme qui n'assume pas ses pertes) pour éviter trop de dérives, les artifices comptables, les pertes des banques assumées par elles-mêmes et non par les états, les peuples.
Que les traders de banque et les banques d'affaires assument leurs pertes et qu'elles sautent si elles en ont fait de trop grosses, ça les aidera à se responsabiliser sur les prises de risques au lieu du système actuel qui les encourage à des prises de risques démesurées pour les bonus en cas de gain, et la perte pour les autres si "on" (banques, traders de banque) perd trop, c'est un système asymétrique qui encourage trop les risques insensés.
Quand on trade pour soi, on assume les gains mais aussi les pertes aussi grosses soient-elles, les banques se cachent trop facilement derrière le "too big to fail", si on les sauve à chaque fois qu'elles franchissent la ligne rouge dans la spéculation pour "compte propre" assumée par les autres (états, peuples, contribuables) au final dès que les pertes sont trop grosses, où sera la limite ?

3 commentaires

#1  - Patricius Semitela a dit :

Tu le trouve sérieux DLM ?

Répondre
#2  - zetrader a dit :

@Patricius Semitela :
Disons que je suis assez d'accord avec lui sur le principe pour séparer banques d'affaires et banques de dépôts, pour que les banques assument plus leurs risques spéculatifs et que ça les responsabilise davantage. Je trouve qu'il dit pas que des conneries, d'accord sur le fond sur pas mal de choses, après son histoire d'un cac qui irait à 2000 points, je suis très sceptique, j'y crois pas. Egalement je trouve dommage qu'en étant baissier comme ça, il n'ait finalement pas tellement su mettre à profit cette baisse dans le cadre de sa gestion de fonds, en tant que gérant de fonds, qu'il ait des performances négatives sur des années, ça le fait pas trop je trouve. Il pourra toujours dire qu'il a perdu moins que le marché, certes ... mais dans ce cas pour un client, un simple livret ou une assurance vie en fond euros aura fait mieux le job de faire fructifier l'argent. Il me semble que dans les placements à risque, on vient pour viser mieux que le taux sans risque, si au bout du compte ça fait moins que le taux sans risque, c'est un échec, du moins je le considère comme tel.

Répondre
#3  - Patricius Semitela a dit :

Tout à fait ! Personnellement je prend ce qu'il dit pour du second degré ! Je trouve qu'il joue le rôle contrepoids dans comme la plus part des analyses financières sont exagérément optimiste, il apporte un peu de pessimisme et évite de fait de faire passer les journaux financiers pour des manipulateurs. Pour moi il représente juste un produit de BFM. La vraie analyse financière c'est autre chose que DLM et autres "Forest GUMP" de la finance.

Répondre

Fil RSS des commentaires de cet article

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot aqgr ?